Apprendre à manier un bateau à voile avec Yannick Dacheville

Vous avez envie de découvrir la navigation à la voile, mais vous ne savez pas par où débuter. Vous avez certainement entendu dire qu’apprendre à manier un bateau à voile est difficile, ce n’est pas tout à fait vrai. Bien au contraire, l’apprentissage n’est pas si compliqué si vous êtes encadré par de bonnes personnes et si vous choisissez la formule appropriée, commente Yannick Dacheville. Il est vrai qu’en France, la législation n’exige pas de permis pour conduire un voilier à titre personnel, contrairement au bateau à moteur. A part le charter (utilisé à titre professionnel), vous n’avez pas besoin d’une licence pour conduire un voilier, il est cependant nécessaire de bien le manœuvrer.

Comment apprendre à manœuvrer un voilier ? Réponse de Yannick Dacheville

Vous êtes qualifié de “bras-cassé” ou débutant à la manœuvre de la voile, suivez bien les conseils de Yannick Dacheville sur Twitter. C’est une étape cruciale qui va vous permettre de pouvoir manier seul un bateau à voile.

La progression dépend de la personnalité, du talent ou des bagages intellectuels de l’apprenant. Un artiste par exemple ne va pas progresser de la même manière qu’un scientifique. C’est pourquoi il faut d’abord connaitre votre personnalité avant le début de la formation à la conduite de la voile.

On peut prendre un exemple de différence de comportement entre deux personnes : pendant que l’artiste utilise ses sens pour décortiquer le bateau afin de mieux l’apercevoir et lui répondre, le scientifique, grâce à ses aptitudes en physique et en mécanique des fluides, sera capable d’examiner le comportement du voilier et identifier les manœuvres appropriées pour le conduire.

Bref, peu importe le statut social ou le parcours scolaire sur l’apprentissage de la voile. Ce qui peut bloquer la progression dans une telle formation, c’est l’appréciation des autres et l’incapacité à surmonter les difficultés.

Par exemple, effectuer des 360° sur un bateau à voile fait partie des exercices de virement de bords redoutés par bon nombre de stagiaires. il s’agit simplement de régler les voiles au fur et à mesure de sorte à faire des tours complets.

Au début, une femme qui n’est pas particulièrement agile peut aisément réussir cet exercice, alors qu’un chirurgien confirmé peut le rater. Bref, personne n’est parfait, c’est à chacun de définir des objectifs réalistes à atteindre pour soi. Pour bien vous former à la voile en toute sécurité afin d’entreprendre seul ou en famille des parcours intéressants, suivez ce guide pratique gratuit.

La manœuvre d’un voilier

Est-ce que le fait d’avoir en possession quelques notions de voile sur un dériveur lors des vacances est suffisant pour manier un voilier habitable ? Yannick Dacheville répond. En fait, les concepts de vent, réglages de voiles et matelotage sont presque identiques, cependant les manœuvres de port étant plus difficiles, elles sont spécifiques d’un bateau à un autre.

Sachez que diriger un bateau à voile nécessite quelques notions de base. Par exemple, si la connaissance du vent et de l’état de la mer sont indispensables pour naviguer à bord d’un dériveur, avec un voilier de croisière, il suffit de réduire la voilure et négocier chaque vague pour se balader sur l’eau. Vous n’avez pas à attendre une accalmie de mer comme l’exige un dériveur.

L’appareillage et l’accostage font partir des manœuvres les plus redoutées et les plus délicates pour la plupart des navigateurs. Cela demande d’être plus attentif et prudent parce qu’accoster un quai au moment d’un vent fort est par exemple un exercice souvent difficile pour un navire en marche arrière.

Par conséquent, vous devez connaître votre bateau. Cela éviterait qu’une rupture de vanne de coque provoque une entrée d’eau dans le navire ou l’évacuation de WC conduise à une submersion. Il faut savoir où sont situés les différents organes afin de pouvoir intervenir instantanément.

Vous devez avoir quelques notions de base sur la mécanique en cas d’urgence. Cela est très important car vous ne pouvez pas conduire un bateau sans connaître des généralités sur le fonctionnement et démarrage du moteur.

Où apprendre à manier un bateau à voile ?

De nombreuses possibilités existent pour se former à la conduite d’un voilier. Très souvent certains amis propriétaires ne veulent pas être seuls à bord de leur bateau. Ils invitent par conséquent des amis pour les balades ou croisière en mer. L’astuce est de se rendre utile, être participatif et curieux pour savoir manœuvrer au moins une voilure. Cela lui donnera le courage de vous inviter à nouveau très prochainement. C’est pourquoi, il faut éviter de vous considérer comme un simple touriste à bord.

Dans le cas où vous n’avez pas la possibilité de bénéficier des offres d’un tel ami, vous pouvez consulter les nombreux sites et revues spécialisés qui proposent des offres d’embarquement.

Il y a également des écoles de croisière qui peuvent vous apprendre la conduite de voilier. Elles sont généralement encadrées par des skippers professionnels qui vous conduisent directement à la pratique. Cette pratique consiste à vous embarquer sur un bateau à voile pour vous former complètement à la voile hauturière. Ce stage est efficace pour améliorer l’esprit d’équipe.

La traversée transocéanique est une des meilleures occasions pour apprendre à manier la voile. De devez prendre au préalable vos dispositions parce que vous serez peut être sur le bateau pendant trois ou quatre semaines. Ce temps vous suffira pour ne plus être un « bras cassé » mais un marin confirmé. Vous pouvez trouver des sites qui donnent plus d’informations sur cette option aux multiples avantages.

Si vous suivez rigoureusement les conseils de Yannick Dacheville (cliquer ici pour plus de détails), vous comprendrez qu’apprendre la voile est chose facile aujourd’hui.

Lorsque vous êtes débutant, profitez des vacances ou des croisières en famille pour apprendre à manœuvrer le bateau à voile. Il est vrai que les apprenants ont la possibilité de se louer un bateau parce que les locations sont assez abordables en France. Mais cela n’est conseillé que si vous pouvez naviguer tout seul. Dans le cas contraire, il faut avant tout apprendre à conduire ou constituer un équipage de marins professionnels pour bénéficier de leur expérience.

Pour conduire un bateau de croisière, vous n’avez pas besoin de permis spécial, vous avez besoin d’un minimum de connaissance pour bien le manier. Autrement vous pouvez aussi solliciter les services d’un skipper professionnel pour apprendre la voile en croisière.

Ce spécialiste du voilier pourra vous former sur tous les aspects techniques comme les manœuvres de port, réglage des voiles, choix du lieu de mouillage, sécurité et autres. Il se chargera aussi de vous donner des conseils sur l’itinéraire et de vous faire promener sur une longue distance, explique Yannick Dacheville.

Si vous disposez déjà d’une petite expérience en navigation, l’apprentissage de voile en croisière devient presqu’une simple formalité. Mais attention, ne vous dites pas que vous avez une parfaite maîtrise car quoi qu’il en soit, la voile reste un sport dangereux à cause des aléas mécaniques et climatiques (météo).

C’est pourquoi d’ailleurs, il faut toujours se faire accompagner par un skipper professionnel non seulement pour éviter d’éventuelles pannes techniques ou mécaniques, mais aussi pour gagner en assurance afin de vous offrir une croisière paisible et plaisante.

L’avantage de solliciter un skipper professionnel réside en ce que sa présence peut vous éviter de nombreux ennuis, à savoir les accrochages occasionnés lors de manœuvre dans le port ou le talonnage dans les cailloux. Ce sont des accidents qui malheureusement peuvent augmenter les factures des vacances. Alors si vous hésitez sur vos compétences, louez les services de ce spécialiste par prudence.

Au cas où il ne peut vous accompagner durant votre croisière, demandez à ce qu’il vous suive pendant quelques instants pour vous permettre de réviser les basiques.

Comment apprendre le voilier en régate ?

Vous êtes débutant et vous voulez apprendre la voile en régate, cela est possible car ce sport nautique n’est nullement réservé aux personnes expérimentées, contrairement à ce que bon nombre en pensent. Nombreux sont ceux qui découvrent pour la première fois la voile à partir de la régate.

Ce qui est le plus important dans cette pratique est d’avoir dans son équipage un skipper professionnel et bon pédagogue. Un peu d’entrainement sous la direction de ce technicien peut être utile et satisfaisant pour permettre au débutant d’assimiler rapidement et de mieux s’exercer aux manœuvres. C’est d’ailleurs une des meilleures manières d’apprendre la voile.

Même si vous naviguez déjà en croisière, vous devez apprendre les techniques de la voile en régate parce que les deux pratiques ne sont pas forcément identiques. C’est pourquoi il existe des propriétaires de voilier ou des personnes expérimentées de croisière qui sont débutants en régate. Ce sport de haute compétition nécessite un apprentissage particulier.

Il comporte des règles de course spécifiques qu’il faut absolument connaître pour bien manœuvrer de manière rapide et autonome. Sachez que pendant la régate, les navires sont rapprochés les uns des autres, cela peut entrainer des revirements de bord à tout moment. Yannick Dacheville explique qu’il est toujours conseillé de commencer la voile en régate avec un skipper professionnel habitué. Il détient sans doute des astuces appropriées pour vous faire progresser rapidement.

Si vous êtes propriétaire d’un voilier, profitez-en pour apprendre la voile en régate. Cependant offrez-vous les services d’un skipper spécialisé dans cet exercice pour approfondir l’apprentissage relatif aux réglages parfaits et connaître davantage son propre bateau.

Pour ceux qui débutent entièrement à la voile, il est préférable de commencer par la voile légère, une manière classique et indispensable pour connaître ce sport sans sauter d’étapes.

La méthode de voile légère, contrairement à la voile en habitable, se pratique avec des bateaux à quille. Elle a souvent lieu dans la journée, seulement en quelques heures de passage sur l’eau. La voile légère fait intervenir de petits bateaux pour des équipages composés d’une à trois personnes. Comme conséquence, vous êtes facilement mouillé à bord de ces voiliers.

La majorité de ces bateaux sont des dériveurs ou des catamarans, de petits bateaux de sport facilement manipulable du fait du manque de quille. Cela permet de garder leur équilibre.

Pour apprendre à conduire un dériveur ou un catamaran, il y a de nombreux clubs nautiques qui proposent des cours ainsi que des stages pratiques de voile. Vous pouvez vous rendre dans n’importe quelle ville en bordure de mer en France pour vous inscrire.

Entre cours collectif et cours particulier, lequel préférez-vous ? C’est à vous de choisir la solution la plus facile afin de bien commencer et de vous familiariser avec les bases de la voile grâce à un moniteur qualifié. Réservez dès maintenant un stage de voile auprès d’un club nautique proche de votre lieu d’habitation ou votre lieu de vacances pour gagner en temps et en énergie.

Qu’est-ce que le virement de bord ?

Le voilier est un bateau qui se déplace sur l’eau grâce à l’action du vent. L’allure de près peut être définie comme étant l’orientation du voilier vers le vent, cela se passe à peu près à 45°. Pour rappel, le terme bâbord amure signifie que les voiles du bateau se trouvent à droite alors que le vent vient de gauche et le tribord amure signifie que les voiles sont à gauche pendant que le vent arrive par la droite.

D’autres articles de Yannick Dacheville disponibles ici

Le virement de bord consiste à passer les voiles d’un côté à l’autre en cherchant à aller à la rencontre du vent. Les 5 phases suivantes sont essentielles pour le virement de bord :

• Se rapprocher si possible du vent : les voiles étant bordées au maximum, le vent peut passer de par et d’autre des deux voiles
• Le barreur loffe se charge de chercher le vent
• La voile d’avant se met à battre (à faseyer) comme un drapeau, l’équipier de voile d’avant la récupère de l’autre côté avec la contre-écoute et la limite immédiatement
• L’équipier de la GV va sur-border la GV pendant l’auloffée (lorsque le barreur loffe). Dès que le voilier passe le lit du vent (le voilier se retrouve parfois instantanément face au vent), la GV cogne un peu l’écoute pour provoquer la relance du bateau
• Le barreur régularise son allure et l’équipage s’occupe du réglage des voiles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *