Tout savoir sur l’homéopathie

Le mot « homéopathie » dérive des mots grecs « homoios » (semblable) et « pathos » (maladie ou douleur). C’est une méthode qui consiste à soigner un malade en utilisant certains remèdes capables de provoquer des symptômes semblables à la maladie traitée. Elle est caractérisée par l’utilisation de substances naturelles, d’origine végétale, animale ou minérale.

L’origine de l’homéopathie

Samuel Hahnemann, médecin allemand, est le père fondateur de l’homéopathie en 1790. Il découvre dans l’ouvrage de William Cullen, intitulé «  Traité de matière médicale », les effets de la quinine.

Il absorbe à forte dose le quinquina et remarque qu’elle a déclenché la fièvre alors que la substance est utilisée pour la soigner.

Il poursuit sa recherche durant des années avant d’arriver au principe de similitude : administrer une substance à une personne saine pour déclencher le symptôme de la maladie dont il souffre.

Le comte Sébastien Des Guidi, médecin naturalisé français, a introduit cette méthode thérapeutique en 1830.

Deux idéaux se sont formés en France concernant l’homéopathie durant l’année 1835, notamment celui des « puristes », partisans des principes d’Hahnemann et celui des « éclectiques », fidèles de la thérapie associant allopathie et homéopathie.

Les 2 approches se sont mises d’accord en ce qui concerne la base de cette technique thérapeutique : principe de similitude, doses infinitésimales, matière médicale pure et méthode expérimentale. Ils ont formé la « Société française d’homéopathie » pour devenir une seule entité en 1889.

L’homéopathie en général

L’homéopathie est une méthode thérapeutique fondée sur 3 principes : la loi de similitude, la loi de l’individualisation et le procédé des hautes dilutions.

Le principe de la similitude (Similia similibus curentur) consiste à administrer une substance provoquant des symptômes chez une personne en bonne santé afin de guérir une personne malade.

Le précepte de l’individualisation soigne la personne malade et non la maladie. Les homéopathes doivent rechercher les symptômes idiosyncrasiques chez un individu en prenant compte de ses caractéristiques comme son physique, sa physiologie, son mental, etc.

La méthode des hautes dilutions peut potentialiser l’effet curatif de la dynamisation d’un remède. Il est dilué plusieurs fois dans un mélange d’alcool et d’eau pour la rendre plus efficace. L’homéopathe administre à la solution une série de secousses appelée succussions pour dynamiser le palliatif.

La méthode homéopathique

L’homéopathie est basée sur la prémisse dans le corps pour générer un processus de guérison naturel. Hahnemann soutient qu’il importe plus de dénicher les manières d’inciter le mécanisme naturel de guérison que de trouver le nom de la maladie ou l’agent pathogène spécifique.

Un homéopathe s’efforce de découvrir les symptômes pour soutenir ou déclencher un déroulement logique de rétablissement correspondant. Il cherche à connaître comment et quand les signes de la maladie vont se manifester.

Bref, 2 patients ayant une même maladie peuvent être curés par des remèdes homéopathiques disparates à cause de la différence de réaction de leur anticorps.

La dilution d’un remède homéopathique

Les produits utilisés pour un médicament homéopathique peuvent être d’origine minérale, animale ou végétale. Il se peut que l’affection traitée et le produit soient directement appropriés.

Le venin d’abeilles diluées ou Apis mellifica peut servir à soigner une affection ou une piqûre d’insecte. L’huile d’une plante ou Arnica montana peut traiter les entorses et les contusions.

Dans certains cas, la relation entre la maladie et les remèdes peuvent être plus complexes. L’Arsenicum album (arsenic, métal lourd toxique) peut contrer différents types de rhume et guérir certaines maladies de la peau. Le Lachesis mutus, venin de la vipère, est utilisé contre les troubles de la ménopause.

Les avantages et les inconvénients

Avantages

Le traitement peut être utilisé par toutes les personnes, quels que soient leurs âges et leurs sexes, sauf en cas d’allergie. C’est le type de traitement qui ne présente aucune contre-indication.

Les médicaments sont souvent sous forme de poudre et de billes ayant un goût sucré, ce qui en fait une thérapie facile à suivre. Par ailleurs, ils ne provoquent pas des effets secondaires comme le cas de nombreux médicaments traditionnels.

Les palliatifs peuvent être ordonnés pour réduire les effets néfastes des traitements par allopathie et pour éviter la surconsommation des remèdes allopathiques. Il n’y a aucun risque de dépendance en liaison au traitement homéopathique.

Inconvénients

La disponibilité de certains traitements reste le souci majeur de l’homéopathie. Il se peut qu’un médicament ne soit pas disponible, même si la plupart sont facilement accessibles auprès des pharmacies.

La recherche de la bonne médication peut prendre du temps avant de pouvoir soigner une pathologie à cause du principe d’individualisation.

L’Efficacité de l’homéopathie

L’efficacité de l’homéopathie réside surtout sur l’effet placebo, qui est un effet subjectif sur le patient. La confiance envers le médicament déclenche l’endorphine dans le cerveau, tout en provoquant un certain bien-être et en atténuant les douleurs.

Il existe un effet inverse du placebo appelé « nocebo ». Ce phénomène se distingue chez un patient qui lit la liste des réactions indésirables avant de prendre un médicament. Il a une chance de ressentir les sueurs froides et les nausées décrites sur la notice.

L’homéopathie et la science moderne

Les opinions se divergent concernant ce traitement. Les scientifiques, les chercheurs et les médecins affirment le contre du concept homéopathique en s’appuyant sur des preuves plutôt idéologiques. S’agit-il vraiment d’une scandaleuse absurdité ou d’une approche prometteuse ?

Selon les contres de l’homéopathie, c’est un concept absurde qui n’a pas évolué depuis 150 ans. Il ne se base pas sur la science, mais plutôt sur des concepts métaphysiques périmés et sur la foi.

La méthode d’étude conventionnelle n’est pas adaptée à l’homéopathie selon les défenseurs. La pratique homéopathique ne traite pas la maladie, mais la personne souffrante.

La place de l’homéopathie dans le monde

Cette pratique a toujours occupé une place à part dans le domaine de la médecine. Son principe peut défier la médecine allopathique.

En Europe, un médicament homéopathique bénéficie d’une procédure d’enregistrement simplifiée ou d’autorisation, ce qui est le contraire pour un médicament allopathique. Il n’a pas besoin de fournir une preuve pour que son efficacité soit approuvée.

En France, la Sécurité sociale effectue un déboursement sur les révulsifs homéopathiques à hauteur de 30%. De nombreux pays européens optent pour cette méthode, même si elle est contestée par des sociétés savantes médicales.

Au Canada, la Santé Canada approuve les médicaments homéopathiques car les spécialistes reconnaissent leurs innocuités

L’homéopathie contre la ménopause

La ménopause n’est pas une maladie, mais une phase hormonale durant laquelle la production de l’ovaire s’arrête.

Plusieurs traitements homéopathiques peuvent être prescrits pour une femme atteinte de troubles climatériques. Ils consistent à administrer des estrogènes et des progestatifs sous forme de spray nasal, de gel, de comprimés ou de patch, notamment pour atténuer le déficit hormonal.

Le traitement est proposé en cas de trouble, il est bénéfique 10 ans suivant la ménopause ou avant d’atteindre 60 ans. Il doit être administré selon le cas, le moins longtemps possible pour éviter le cancer du sein chez la femme.

On peut dresser une liste des traitements homéopathiques qui peuvent être prescrits en cas de ménopause. Le Lachesis mutus peut être efficace pour contrer les bouffées de chaleur. La Sanguinaria, le Glonoinum et le Folliculinum sont des remèdes efficaces contre l’ostéoropose, le trouble de la libido et le trouble de l’état général (poids, douleur, fatigue).

L’homéopathie et le cancer

Un patient sur 4 atteint de cancer pratique une thérapie homéopathique. 57% des Français utilisent au moins une fois cette méthode pour se soigner. Il faut noter que l’homéopathie ne s’agit pas d’un traitement pour contrer le cancer, c’est seulement une médecine complémentaire.

Elle peut améliorer l’état général du patient, agir sur les symptômes qui n’ont pas de thérapeutique adéquate et diminuer le taux des effets secondaires des médicaments allopathiques.

96% des personnes atteintes de cancer se sentent mieux,  93% d’entre eux ne ressent plus la fatigue après chaque thérapie homéopathique. Elle est en effet recommandée à chaque étape, jusqu’au traitement de la maladie.

Elle peut favoriser la cicatrisation et permet de supporter l’anesthésie locale ou générale si le patient subit une chirurgie. Par ailleurs, elle soutient la fonction hépatorénale pendant et en amont de la chimiothérapie. Elle peut aussi agir sur les troubles cutanés, les ecchymoses spontanées, les thrombopénies et la constipation durant le traitement de la maladie.

En soin palliatif, cette thérapie peut consolider la vitalité psychique et physique de la personne atteinte de cancer. L’homéopathie peut éliminer tous résidus de produits chimiques utilisés pendant le traitement et permet d’améliorer l’état de santé du patient.

Le stress et la fatigue, des médicaments homéopathiques aux soucis émotionnels

Toutes personnes ont mille et une raisons d’avoir des montées d’anxiété ou de stress, ainsi que des coups de fatigue. L’homéopathie est la solution efficace pour contrecarrer ces problèmes émotionnels.

Le stress et l’anxiété sont des réactions normales de l’organisme devant une situation délicate ou une pression. Ils peuvent devenir nocifs s’ils persistent trop longtemps. Ils mobilisent beaucoup d’énergie  entraînant des coups de fatigue et des symptômes dépressifs.

Les médecines alternatives comme la phytothérapie et l’acupuncture peuvent atténuer la nervosité due à la fatigue.

La thérapie homéopathique est très bénéfique pour les personnes anxieuses. Elle ne présente aucun effet secondaire et peut apporter un soulagement. De plus, c’est une méthode accessible à tous les budgets.

Ce procédé ne vise pas à soigner les symptômes les uns après les autres, mais incite l’individu à rééquilibrer son style de vie et sa personnalité.

Le manque d’énergie et l’insomnie sont des symptômes qui indiquent qu’il faut traiter rapidement la fatigue passagère.

Si les symptômes sont encore légers, la thérapie homéopathique est le traitement désigné comme étant le complémentaire idéal en cas de déprime. L’Ignatia, le Sepia, le Natrum nutriaticum sont ainsi recommandés.

Arrêter la cigarette grâce à l’homéopathie

Le sevrage tabagique est une tâche lourde pour les fumeurs actifs. La volonté ne peut pas suffire à s’arrêter de fumer. Il faut une stratégie sur le long terme afin de dépasser la dépendance comportementale et physique.

La désintoxication à l’aide d’un substitut nicotinique, gomme ou patch, accroît rapidement le taux de la nicotine dans l’organisme et diminue progressivement permettant la désaccoutumance.

À l’inverse, la méthode homéopathique amorce la démarche d’élimination de la nicotine contenue dans le corps. Il faut que son taux reste stable dans les urines et dans le sang, ce qui permet de résister à l’envie d’allumer une cigarette et de ne pas éprouver le manque. Le fumeur s’habitue peu à peu et réussit à s’en passer complètement.

L’homéopathie n’entretient pas l’addiction tout en augmentant la dose de nicotine puisqu’elle évite l’effet secondaire lié à l’anxiolytique et à l’antidépresseur. Elle échappe à l’aléa des médicaments onéreux qui ont peu de recul.

L’homéopathie et les vacances

Le mal de transport peut affecter de nombreux vacanciers et se traduit par des symptômes désagréables. Ces états sont provoqués par le mouvement de l’environnement ou par les mauvaises perceptions du mouvement environnant.

Le Pétroleum peut agir efficacement pour éviter ce désagrément lors du voyage. Il faut prendre 3 granulés 3 fois par jour pour se sentir mieux.

Tout le monde peut attraper un coup de soleil durant les vacances d’été. Or, une brûlure répétée peut accélérer le vieillissement précoce de la peau.

Le Belladonna est recommandé, à part la lunette de soleil et les chapeaux, avant de partir en vacances pour éviter les coups de soleil basiques.

L’homéopathie et le trouble digestif

Les médicaments homéopathiques sont d’excellentes alternatives en cas de troubles digestifs. Le charbon végétal et la quinine procurent de bons résultats en cas de ballonnement.  Il s’agit du Carbo Vegetabilis et de la China Officinalis, à prendre avant chaque repas.

L’artichaut possède des vertus digestives en cas d’indigestion. Les médicaments à base de cette plante sont disponibles dans les pharmacies et procurent des résultats satisfaisants.

Les brûlures d’estomac avant et après le repas peuvent être soignées à  partir du glaïeul bleu. 3 granules d’Iris Versicolor avant le repas sont nécessaires pour prévenir ce malaise.

Source : https://soin-et-nature.com/fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *